Rentrée 2019 : des raisons de s'inquiéter pour la vue des jeunes

30 août 2019
La quinzième édition du baromètre de la santé visuelle* a révélé que, pour la première fois depuis 2009, la vue de leurs enfants redevient le sujet de santé prioritaire des parents, devant les problèmes dentaires qui ont occupé cette position dans l'intervalle.
Retours aux actualités

Alors, pourquoi s’inquiéter ?

Si l’AsnaV lance cette alerte, c’est d’abord en raison des nouveaux chiffres révélés par le quinzième baromètre de la santé visuelle*, en particulier ceux qui concernent les 16 / 24 ans qui ne sont pas aussi conscients et informés que leurs parents.

Parmi les plus remarquables :

  • 11 h 37*, c’est le temps quotidien que ces jeunes passent face à un écran, ordinateur, smartphone, tablette…, pour le travail ou pour les loisirs.
  • 75 % d’entre eux* ont déjà ressenti des troubles visuels en raison de ce temps d’exposition, dont 26% souvent*, tandis que 49 %* se plaignent de fatigue visuelle, une logique relation de cause à effet…

Inutile de chercher à modifier le comportement avec les écrans de cette population. En revanche lui permettre de préserver sa santé visuelle par le déploiement d’une politique volontariste de prévention doit s’inscrire parmi les priorités pour les autorités de santé.

Sachant qu’aujourd’hui, plus d’1 demi-million* d’entre eux n’a jamais bénéficié d’un contrôle visuel préventif et, plus inquiétant encore, plus d’1 million* n’a jamais consulté un ophtalmologiste.

A l’heure où il est constaté un développement exponentiel du nombre de myopes dans le monde, il devient urgent de prendre en compte ce phénomène en France où des chiffres commencent à démontrer qu’il touche aussi notre pays.


M’T DENTS, c’est bien, mais pourquoi pas M’TA VUE !

A l’instar du programme M’T DENTS** mis en place par l’Assurance maladie pour tous les enfants, ados et jeunes adultes de 3 à 24 ans, l’AsnaV préconise le renforcement du dépistage des troubles de la vue dès le plus jeune âge.

Cette mesure est d’ailleurs plébiscitée par les parents, à hauteur de 94 %* dans le cadre de l’école et 83 %* avant 3 ans. Pourtant, ces mêmes parents ne sont que 22 %* à considérer utile la première visite chez l’ophtalmologiste avant cet âge. Une incitation des pouvoirs publics serait par conséquent bienvenue pour améliorer le dépistage précoce.

* baromètre de la santé visuelle 2019 – OpinionWay pour l’AsnaV

** Avec le programme M’T dents, l’Assurance-Maladie permet à tous les enfants et adolescents de 3, 6, 9, 12, 15, 18, 21 et 24 ans de bénéficier d’un rendez-vous gratuit chez le chirurgien-dentiste et de soins, si nécessaire.