16 / 24 ans : santé visuelle en danger !

Parce que vous passez plus de la moitié de la journée les yeux rivés sur un écran, parce que, en général, votre vue bénéficie des performances que lui octroie la jeunesse, parce que, et c’est bien normal, la santé n’est pas au cœur de vos préoccupations, … l’AsnaV s’implique pour vous aider à préserver votre santé visuelle.

Quand les chiffres parlent

11 h 37*, c’est le temps quotidien que les 16 – 24 ans passaient en 2019 face à un écran de smartphone, d’ordinateur ou de tablette…, pour le travail ou pour les loisirs. Depuis, le Covid est passé par là avec son cortège de confinements, couvre-feu, études et travail à distance… Nul doute que la prochaine étude *** présentera des temps largement majorés.

Conséquence directe : 75 % * déclaraient avoir déjà ressenti des troubles visuels en raison de ce temps d’exposition, dont 26% souvent*, tandis que 49 %* se plaignaient de fatigue visuelle, une logique relation de cause à effet…

Une autre étude menée en juillet dernier a révélé que 52 %** des jeunes affirmaient avoir beaucoup plus sollicité leur vue pendant le confinement, notamment pour consulter leur smartphone comme l’ont indiqué 75 %** d’entre eux.

Et c’est alors que 31 %** ont constaté l’apparition de troubles visuels non observés jusque-là !

Ados et jeunes adultes, les oubliés de la prévention

Pour éviter les désagréments liés à ce temps passé sur écran, il existe des gestes simples que l’on peut retrouver ici

Mais ces gestes d’auto-prévention ne peuvent en rien se substituer à un vrai suivi qui doit commencer dès la petite enfance. Or, le baromètre 2019 a également révélé que plus d’1 demi-million* des 16 – 24 ans n’a jamais bénéficié d’un contrôle visuel préventif et, plus inquiétant encore, plus d’1 million* n’a jamais consulté un ophtalmologiste.

A l’heure où il est constaté un développement exponentiel du nombre de myopes dans le monde, il devient urgent de prendre en compte ce phénomène en France où des chiffres commencent à démontrer qu’il touche aussi notre pays.

Le mal voir est souvent asymptomatique. Faire contrôler régulièrement sa vue permet non seulement de contribuer à sa qualité de vie mais aussi d’améliorer ses performances à l’école, à la fac, au travail, voire en sport, et de garantir sa sécurité au volant ou au guidon de son deux-roues, motorisé ou non.

Entrer chez un opticien, le premier pas vers la prévention

Pousser la porte d’un opticien pour bénéficier d’un test de vue est déjà la première étape d’une démarche de prévention. C’est l’occasion de bénéficier des conseils d’un professionnel de santé qui peut répondre à toutes questions que chacun se pose sur l’évolution de sa vue et sur les moyens de la préserver. Comme l’ensemble de la population, beaucoup de jeunes ignorent aussi que l’opticien est à même de réaliser des tests de vue pour orienter vers l’ophtalmologiste à bon escient ou renouveler les lunettes pendant la durée de l’ordonnance initiale (5 ans pour les personnes entre 16 et 42 ans).

Liste des opticiens partenaires de l’AsnaV

 

* Baromètre de la santé visuelle 2019 – OpinionWay pour l’AsnaV

** Les Français et la santé visuelle pendant et après le confinement -Juillet 2020 – OpinionWay pour l’AsnaV

*** Le baromètre de la santé visuelle 2021 sera publié en mai